SUR LES TRACES DE CHAMPLAIN

Chapitre 23

Les auteurs de la carte

Biographie

Michèle Audin

Michèle Audin est née à Alger en 1954. Elle est membre de l’Oulipo depuis juillet 2009. Elle est tout d’abord mathématicienne et a enseigné de nombreuses années dans différentes universités. Elle se consacre désormais exclusivement à l’écriture tout en essayant de replacer les mathématiques dans la culture en général et dans la culture générale. On peut suivre ses travaux sur www.oulipo.net, et sur https://micheleaudin.com. En 2011, elle publiait Mai quai Conti, œuvre qui raconte les relations entre l’Académie des sciences et la Commune de Paris. Elle y interroge particulièrement les relations entre l’histoire et la science, mais aussi entre l’histoire, la fiction et la littérature. Depuis 2016, elle produit d’ailleurs un blogue sur la Commune de Paris.

Résumé du chapitre

Champlain était un excellent cartographe. Il a passé beaucoup de temps à dessiner ce qu’il voyait en Nouvelle-France. Il traçait sans relâche des cartes géographiques avec autant d’éléments que possible : la faune, la flore, les cours d’eau, les montagnes. Elles étaient assez détaillées tout en n’étant pas rigoureusement exactes. On reconnaît bien certaines des régions qu’il a explorées au cours de sa vie, même si elles ne sont pas toujours placées au bon endroit.

Un graveur reproduit les dessins de Champlain sur une plaque de cuivre. Il n’a jamais été en Nouvelle-France, il n’a jamais vu de baleine ni de castor. N’ayant jamais quitté la ville de Paris, il n’a jamais vu de haute montagne non plus. Mais le paysage prend forme sous ses doigts, il y ajoute des détails éloquents, une baleine ici, un ours là. Le burin dessine la géographie de la Nouvelle-France telle que le graveur se l’imagine. Des cours d’eau sinueux, des baies enchanteresses, des saults vertigineux, des plaines immenses et des forêts millénaires. Il a beau chercher, il ne voit pas de passage vers la Chine. Comme c’est étrange. Il y a pourtant de nombreuses mers d’eau douce sur la carte. Il inscrit au burin des noms curieux sur sa plaque: Baye des rochers, Baye des ballaines, Cap blan, Gaspay. Son trait est sûr et déterminé et ses rêves d’espace grandissent au fur et à mesure que son burin se fait plus précis.

Donner sa langue au chat

Attention : dans cette activité, plusieurs réponses peuvent être valides…

1. Fourbir se dit d’un objet qu’on…

  • Peaufine
  • Frotte
  • Brique
  • Nettoie
  • Astique

2. De quoi tire-t-on l’étoupe?

  • Du lin
  • Du chanvre
  • De filasse
  • De poil d’ours

3. L’adjectif « tellurique » vient du mot…

  • Terre
  • Séisme
  • Mer
  • Ciel

4. Qu’est-ce qu’un malandrin?

  • Un voleur de grand chemin
  • Un pirate
  • Un coupe-jarret
  • Un crocheteur

5. « Talle » vient du latin thallus qui veut dire « jeune pousse avec des racines au pied d’un arbre ». Parmi les mots suivants, lequel n’appartient pas à la famille de « talle »?

  • Thalle
  • Détaler
  • Taller
  • Tallage

6. Qu’est-ce que le Chaousarou?

  • Un monstre
  • Un poisson
  • Un gougou
  • Un piège

7. Le mot « thomisme » qualifie la doctrine philosophique et théologique développée par…

  • Thomas Edison
  • Thomas Browne
  • Thomas Hardy
  • Thomas D’Aquin
  • Thomas Jefferson

8. « Amphigourique » est un adjectif s’appliquant à un discours qui est :

  • Fumeux
  • Limpide
  • Nébuleux
  • Flou
  • Clair

9. Dans ce chapitre, le mot « chimère » fait référence à un :

  • Monstre fabuleux de la mythologie grecque
  • Assemblage monstrueux
  • Projet illusoire ou irréalisable
  • Poisson à grosse tête qui vit au fond des mers
  • Organisme portant des caractères génétiques issus de deux génotypes différents

10. Que veut dire l’adjectif « lancéolé »?

  • Qui a la forme d’une pointe de lance
  • Caractérisé par une lancette
  • Dont la forme extérieure est plus ou moins sphérique

11. « Ziggourat » est un mot akkadien, langue afro-asiatique du groupe sémitique (comme le babylonien), et qui veut dire :

  • Sanctuaire mésopotamien
  • Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire
  • Ville de Mésopotamie
  • Un édifice babylonien

Réponse :

1. Peaufine; Frotte; Brique; Nettoie; Astique 2. Du lin; Du chanvre; 3. Terre 4. Un voleur de grand chemin; Un pirate; Un coupe-jarret; Un crocheteur; 5. Détaler 6. Un monstre; Un poisson 7. Thomas D’Aquin 8. Fumeux; Nébuleux; Flou 9. Projet illusoire ou irréalisable 10. Qui a la forme d’une pointe de lance 11. Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire

Jongler avec les mots

Activité : Rose des vents ou le bivocalisme à tout bout de champ

Objectif : Écrire un texte ne comportant que deux voyelles et toutes les consonnes de l’alphabet

Mise en contexte : Le terme « rose des vents » ne comprend que deux voyelles et le texte (court) à écrire ne comprendra lui aussi que le « o » et le « e » pour seules voyelles.

Voici un exemple écrit par Michèle Audin, grande spécialiste du bivocalisme :

Uppsala. Uppland. A map, Stadtplan. Un grand plan. D’haut à bas (sud) : Ärna, Gamla Uppsala, Tuna Backar, Arsta, Dragarbrunn, Valsatra, Ultuna, Nantuna.
Allas-tu à Uppsala?

M’as-tu vu là-bas?

Parlas-tu? Chantas-tu? Dansas-tu? Musas-tu?

Ah, çà! L’as-tu cru?

Un lapsus! Pas plus.
Un Uppsala, ça va, plus, ça va pas. Ça m’usa. Ça m’a pas plu, car pas amusant.

Ah! Tu râlas!

Chut!


(Uppsala, Michèle Audin)

Quelles sont les deux voyelles autorisées dans cet exemple?

Matériel : Papier, crayon, dictionnaire et glossaire

Durée : 20 minutes d’écriture pour le premier essai, puis 20 minutes pour un deuxième

Nombre : individuel

Démarche : Souvent, le bivocalisme prend la forme de la description d’une personne, d’un animal ou d’une chose, d’une ville, d’un pays, etc.

  1. Choisir ce que l’on veut décrire.
  2. Produire une première ébauche de description, en essayant de limiter le recours aux voyelles interdites.
  3. Éliminer tous les mots qui contiennent les lettres interdites et les remplacer par des synonymes conformes à la consigne.
  4. Recommencer! 

Conseil : faire court pour le 1er essai, et plus long pour le 2e.

Activité : Le beau présent

Objectif : On ne garde que les lettres de l’alphabet qui se trouvent dans les mots « la rose des vents ».

Matériel : Papier, crayon et dictionnaire

Durée : 30 minutes d’écriture, plus 20 de lecture à haute voix

Nombre :
 individuel ou groupe de 2


Démarche :
 Écrire un court texte en ne se servant que des lettres figurant dans les mots « la rose des vents ». Certaines lettres de l’alphabet sont exclues, mais ce qui est le plus important, ce n’est pas les lettres qui manquent, mais celles qui sont présentes : o, e, a, l, r, s, d, v, n, t sont les seules lettres autorisées.

Poème ou texte en prose, c’est votre choix, mais n’oubliez pas de le lire ensuite à haute voix.

Jouer avec le texte

Activité : Les synonymes

Objectif : Élargir son vocabulaire

Mise en contexte : Un synonyme est un mot ou une expression de sens équivalent à un autre mot ou à une autre expression. L’utilisation de synonymes est un excellent moyen d’enrichir le vocabulaire d’un texte.

Matériel : Dictionnaire

Durée : 20 minutes 

Nombre : Individuel

Démarche : Voici un extrait tiré du livre Sur les traces de Champlain. Directement à l’ordinateur, remplacer les mots dans la boîte par leur synonyme.

Cuisine à la page

Anguilles au vert

Ingrédients

  • 1 kg d’anguilles
  • 50 g de beurre 
  • 500 ml de vin blanc 
  • 100 g d’oseille 
  • 2 c. à soupe de persil
  • 1 c. à soupe d’estragon
  • 1 c. à soupe de cerfeuil
  • 1 c. à soupe de sauge
  • Thym, sarriette
  • 3 jaunes d’œufs
  • 1 citron

Préparation

  • Tronçonner 1 kg danguille en morceaux de 4 cm. 
  • Éplucher l’oseille. 
  • Hacher grossièrement le persil, le cerfeuil, l’estragon; ajouter sarriette, sauge, thym vert; y mélanger 50 g de beurre et faire fondre doucement en casserole.
  • Ajouter les tronçons d’anguille pour les faire raidir; saler et poivrer. 
  • Mouiller avec 1/2 l de vin blanc sec; porter à ébullition puis cuire 15 minutes à feu doux.
  • Mélanger 3 jaunes d’œufs et le jus du citron; hors du feu, verser sur l’anguille en mélangeant bien. 
  • Servir chaud; les anguilles au vert peuvent aussi se manger froides. 

Activité : Acrostiche

Objectif : Réaliser un jeu littéraire pour passer un message

Mise en contexte : L’acrostiche est un jeu littéraire qui consiste à inscrire verticalement les lettres d’un mot ou d’une expression, puis à composer à l’horizontale un poème dont chaque vers commence par la lettre figurant en début de ligne. On raconte souvent l’histoire du poème à double entente que Alfred de Musset écrivit à George Sand : dans cette variante de l’acrostiche, lire uniquement le premier mot de chaque vers révélait un message caché.

Voici le poème complet :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,

Voulez-vous qu’un instant je change de visage?

Vous avez capturé les sentiments d’un cœur

Que pour vous adorer forma le créateur.

Je vous chéris, amour, et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

George Sand aurait répondu : Cette Nuit

Mythe ou réalité… à vous de décider. 

Matériel : Papier et crayon

Durée : 30 minutes d’écriture, plus 20 minutes de lecture à haute voix et vote

Nombre : individuel

Démarche : Réaliser un acrostiche de : « ANGUILLES AU VERT » qui fournira la recette de ce plat.

  1. Pour ce faire, s’inspirer de la liste des ingrédients et des étapes de préparation la recette pour composer cet acrostiche qui devra nous apprendre comment cuisiner les anguilles au vert – vous pouvez vous permettre certaines variations et entorses par rapport à l’original, mais il faut qu’il y ait une logique, et que vos anguilles soient mangeables.
  2. Une fois l’exercice réalisé par toute la classe, chacun doit lire son acrostiche à haute voix et voter pour la meilleure recette.

Histoire et géographie

Titre : Détail de la carte de la Nouvelle-France de Champlain (1612)
Source : Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Carte_de_Nouvelle-France_par_Champlain_(1612)-Rose.jpg

Activité : La rose des vents

Objectif : Créer un texte à partir d’une image

Mise-en-contexte : La rose des vents est une figure qui indique les quatre points cardinaux et toutes les orientations intermédiaires. Les cartographes n’incluaient pas, généralement, de visage dans leur illustration de la rose des vents. Mais ici, comme le dit Michèle Audin : « Dans la rose des vents soleil, un visage sourit serein. »

En effet, ce que l’on voit sur les cartes de Champlain, ce n’est pas une rose des vents décorée au centre d’un visage, mais bien un soleil à traits humains, qui sert de rose des vents.

Matériel : Papier et crayon

Durée : 40 minutes d’écriture, plus 20 minutes de lecture à haute voix

Nombre : individuel

Démarche : Aussi énigmatique que celui de la Joconde, qui a fait couler beaucoup d’encre, quel est donc ce visage qui se trouve sur les cartes de Champlain?

  1. Se mettre à la place du graveur qui a fait sa rose des vents, et raconter l’histoire de ce personnage qui était tellement important pour lui qu’il l’a fait entrer dans la postérité.

Il s’agit ici d’une activité purement créative et qui n’a pas de valeur historique. Vous n’avez pas à faire de recherche factuelle, mais plutôt à faire preuve d’imagination.

Activité : Dans la rose des vents soleil, un visage serein sourit

Objectif : Le chapitre de Michèle Audin se termine par la phrase suivante : « Dans la rose des vents soleil, un visage serein sourit. » Dans cet exercice, vous allez utiliser la dernière phrase de Michèle Audin comme démarreur (ou incipit) de votre propre texte de création.

Matériel : Papier et crayon

Durée : 30 minutes d’écriture, plus 20 minutes de lecture à haute voix

Nombre : individuel

Démarche :

  1. Commencer son texte par le démarreur et continuer en créant une histoire à partir de cette phrase tant énigmatique que follement poétique.

Attention : ne calquez pas votre texte sur celui de Michèle Audin. Au contraire, laissez-vous inspirer par l’idée qu’évoque cette phrase.

Titre : Outils de gravure, TG 642 (2018)
Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Outil_de_gravure.jpg

Activité : Les bons outils ce n’est pas tout

Objectif : Analyser un texte avec précision et clarté

Matériel : Papier et crayons (si vous voulez dessiner en couleurs, il vous en faudra plusieurs)

Durée : 40 minutes pour l’analyse et le tracé, plus 20 minutes de discussion 

Nombre : individuel et en groupe

Démarche : Michèle Audin nous propose une description de la carte que le graveur est en train de réaliser. Vous allez vous servvir de tous ces détails pour reproduire une carte à main levée.

  1. Faire une liste des éléments descriptifs présents dans le texte qui sont indispensables à l’élaboration de la carte.
  2. Réaliser de votre mieux une carte sur la base de ces informations.
  3. Discuter en groupe des questions suivantes : 

    Quelles sont les difficultés rencontrées par le graveur?

    Quelles sont les difficultés rencontrées par Champlain au moment où il essayait de reproduire sur le papier ce qu’il voyait?

Nations autochtones

À venir...