SUR LES TRACES DE CHAMPLAIN

Chapitre 21

Dernier voyage en Ontario

Biographie

Jean Sioui

Poète et romancier, Jean Sioui est né en 1948 à Wendake, au Québec. Il a publié deux romans jeunesse, Hannenorak puis Hannenorak et le vent (Le Loup de Gouttière) et plusieurs recueils de poésie : Le pas de l’Indien et Poèmes rouges (Le Loup de Gouttière), L’avenir voit rouge et Entre moi et l’arbre (Écrits des Forges), pour lequel il a été finaliste au Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec, Je suis île (Cornac), Avant le gel des visages (Hannenorak) et Mon couteau croche (Mémoire d’encrier).

Jean Sioui est très impliqué dans la vie de sa communauté et est élu Chef de famille au sein du conseil de la nation huronne-wendate en 2012. Il a fondé les éditions Hannenorak et le Salon du livre des Premières Nations avec son fils Daniel. Il a également mis sur pied, avec Louis-Karl Picard Sioui, le Cercle d’écriture de Wendake.

Résumé du chapitre

Qui étaient les Hurons-Wendats avant l’arrivée de Samuel de Champlain? Où se trouvait ce territoire immense appelé « Wendake »? Jean Sioui brosse un portrait de la réalité de l’époque du point de vue d’un Autochtone. Il nous promène avec beaucoup d’humour dans les dédales de leurs mythes fondateurs, et nous fait partager les bons mots échangés lors des longues soirées hivernales au coin du feu dans les maisons longues. En 1615, tout sépare les Premières Nations des Européens avides de colonisation. Ces derniers ne comprennent pas la notion de territoires ancestraux, ni le système de croyances des premiers peuples, ni même le concept du cercle sacré des relations entre les êtres de toute forme et de toute espèce. Le mode de pensée de Champlain apparaît très linéaire, une vision qui s’oppose à l’existence d’une pensée circulaire. Ce mode de vie à la Champlain cherche toujours à s’implanter ailleurs, plus loin, suivant le principe de capture du territoire de l’autre, d’où ce besoin d’anéantir ce qui était là avant. Jean Sioui nous apprend que ce ne sont pas les hommes qui ont eu raison des peuples autochtones : ce sont les microbes qu’ils ont apportés avec eux. Qu’est-il advenu de ces peuples généreux qui ont ouvert les bras à cet envahisseur nommé « colonisateur »? La question est posée.

Donner sa langue au chat

Attention : dans cette activité, plusieurs réponses peuvent être valides…

1. Fourbir se dit d’un objet qu’on…

  • Peaufine
  • Frotte
  • Brique
  • Nettoie
  • Astique

2. De quoi tire-t-on l’étoupe?

  • Du lin
  • Du chanvre
  • De filasse
  • De poil d’ours

3. L’adjectif « tellurique » vient du mot…

  • Terre
  • Séisme
  • Mer
  • Ciel

4. Qu’est-ce qu’un malandrin?

  • Un voleur de grand chemin
  • Un pirate
  • Un coupe-jarret
  • Un crocheteur

5. « Talle » vient du latin thallus qui veut dire « jeune pousse avec des racines au pied d’un arbre ». Parmi les mots suivants, lequel n’appartient pas à la famille de « talle »?

  • Thalle
  • Détaler
  • Taller
  • Tallage

6. Qu’est-ce que le Chaousarou?

  • Un monstre
  • Un poisson
  • Un gougou
  • Un piège

7. Le mot « thomisme » qualifie la doctrine philosophique et théologique développée par…

  • Thomas Edison
  • Thomas Browne
  • Thomas Hardy
  • Thomas D’Aquin
  • Thomas Jefferson

8. « Amphigourique » est un adjectif s’appliquant à un discours qui est :

  • Fumeux
  • Limpide
  • Nébuleux
  • Flou
  • Clair

9. Dans ce chapitre, le mot « chimère » fait référence à un :

  • Monstre fabuleux de la mythologie grecque
  • Assemblage monstrueux
  • Projet illusoire ou irréalisable
  • Poisson à grosse tête qui vit au fond des mers
  • Organisme portant des caractères génétiques issus de deux génotypes différents

10. Que veut dire l’adjectif « lancéolé »?

  • Qui a la forme d’une pointe de lance
  • Caractérisé par une lancette
  • Dont la forme extérieure est plus ou moins sphérique

11. « Ziggourat » est un mot akkadien, langue afro-asiatique du groupe sémitique (comme le babylonien), et qui veut dire :

  • Sanctuaire mésopotamien
  • Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire
  • Ville de Mésopotamie
  • Un édifice babylonien

Réponse :

1. Peaufine; Frotte; Brique; Nettoie; Astique 2. Du lin; Du chanvre; 3. Terre 4. Un voleur de grand chemin; Un pirate; Un coupe-jarret; Un crocheteur; 5. Détaler 6. Un monstre; Un poisson 7. Thomas D’Aquin 8. Fumeux; Nébuleux; Flou 9. Projet illusoire ou irréalisable 10. Qui a la forme d’une pointe de lance 11. Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire

Jongler avec les mots

Activité : Abécédaire

Objectif : Élargir son vocabulaire

Matériel : Papier, crayon, dictionnaire des synonymes et une liste de mots

Durée : 45 minutes de réécriture

Nombre : à deux

Démarche : Il s’agit ici d’écrire un texte suivi où chaque mot commence par une lettre différente, en suivant l’ordre de l’alphabet.

  1. Choisir un paragraphe dans le chapitre de Jean Sioui.
  2. Raconter la même histoire que ce paragraphe en appliquant la contrainte de l’abécédaire.

    Ainsi, chacun des noms, adjectifs et verbes qui composent le paragraphe doivent commencer par une lettre différente, en suivant l’ordre de A à Z. Recommencer le cycle A à Z si vous épuisez les lettres.

    Reconstruire l’histoire librement, sans nécessairement obéir à la structure du texte de Jean Sioui.

    Attention : C’est une consigne assez difficile à suivre dans le cas de certaines lettres comme le k, le w, le y, le z. Il faut donc préparer quelques mots à l’avance (penser à des noms propres) pour ne pas être interrompu en cours d’écriture.

Activité : Cadavre exquis

Objectif : Composer une phrase à plusieurs sans que qui que ce soit sache ce qu’ont écrit les autres

Mise en contexte : Ce sont les surréalistes qui donnèrent son nom à ce jeu collectif permettant de créer des phrases poétiques souvent drôles ou surprenantes. Le cadavre exquis boira le vin nouveau est la plus connue de leurs découvertes; l’écriture et le hasard s’y rencontrent et rencontrent leur potentialité.

Matériel : Papier et crayon

Durée : variable : on peut faire plusieurs tours, plus une lecture à haute voix du résultat


Nombre :
 en groupe de taille variable


Démarche :
 S’inspirer de tous les éléments à l’intérieur du chapitre de Jean Sioui en gardant en tête les différents épisodes de son récit. Idéalement, chaque participant choisit un thème et garde le même sur toutes les feuilles auxquelles il contribuera.

  1. Mettre en circulation autant de feuilles qu’il y a de participants.
  2. Indiquer d’abord sur sa feuille un nom commun qui servira de sujet à la phrase.
  3. Après l’avoir repliée de façon à cacher ce qui a été inscrit, passer la feuille à un autre membre du groupe.
  4. Ajouter, sur la feuille que vous avez maintenant devant vous, un adjectif. Replier la feuille, passer au suivant.
  5. Continuer de la même façon en ajoutant successivement un verbe, un complément direct et un adjectif.
  6. Lire les textes à haute voix.

On peut varier les consignes en ajoutant d’autres éléments à la phrase.  Il faut simplement que la consigne soit claire au départ.

Jouer avec le texte

Activité : Le texte mangé par les rats

Activité : Le texte mangé par les rats

Objectif : Affiner ses habiletés en lecture

Mise en contexte : Imaginons un livre mangé par les rats… Il manque des morceaux de texte, des morceaux de mots, de la ponctuation. Le lecteur de ces pages aurait immédiatement le désir de combler les trous, de remplacer ce qui est absent, car l’esprit humain ne supporte pas le manque. 

Matériel : Dictionnaire

Durée : 10 à 15 minutes 

Nombre : Individuel

Démarche : Directement à l’ordinateur, recomposer le passage tiré du livre Sur les traces de Champlain en comblant les espaces vides avec les lettres appropriées.

Cuisine à la page

Ingrédients

  • 1 poule d’environ 1 kg
  • 7 carottes moyennes
  • 1 citron
  • 400 gr de collier de porc
  • 5 navets
  • 2 c. à soupe de farine
  • 200 gr de maigre de porc
  • 5 poireaux moyens
  • 1 kg de tomates fraîches
  • 100 gr de maigre de veau
  • 10 gousses d’ail
  • Un os de bœuf
  • 2 tranches de jambon de Bayonne sec
  • 1 pied de céleri
  • 500 gr de riz non traité
  • 3 œufs frais
  • 7 clous de girofle
  • 1 bouquet de persil
  • 1 gros chou pommé
  • 200 gr de pain rassis
  • Sel et poivre
  • Sel et poivre
  • 60 gr de beurre

Préparation

La farce

  • Découenner le collier de porc.
  • Hacher la viande, 1 oignon, 3 gousses d’ail et les abats si possible.
  • Hacher la mie de pain, ajouter 1 œuf entier, sel, poivre. Mélanger soigneusement.

La poule

  • Farcir la volaille, la coudre, la ficeler. Réserver de la farce pour les choux farcis.
  • Mettre de l’eau froide dans une grande marmite, y mettre la poule avec un os de bœuf.
  • Porter à ébullition, écumer régulièrement, saler après ébullition.
  • Ajouter carottes, navets, oignons, clous de girofle et gousses d’ail. Laisser cuire à ébullition lente.
  • Mettre le céleri et les poireaux après une heure d’ébullition.
  • Préparer le chou farci : pour chaque convive, 4 feuilles de chou et une ½ poignée de farce.
  • Dès que la poule est cuite, la sortir et la garder au chaud dans une cocotte.
  • Préparer une sauce tomate et oignons blondis au beurre et à l’ail. Assaisonner.
  • Le riz est parfait en accompagnement de ce plat que vous devez servir très chaud.

Histoire et géographie

Activité : Deux réalités

Objectif : Sortir du récit conventionnel

Mise en contexte : Le regard que pose Jean Sioui sur Samuel de Champlain est assez ironique. Il conduit son texte avec humour, mais on y comprend aisément l’immensité des dégâts causés par la colonisation. Son texte est parsemé de paragraphes très courts en italique qui nomment des conséquences de cette colonisation pour les peuples autochtones. L’alternance des pages et de ces contrepoints sobres et d’une intensité exceptionnelle rend son récit poignant et d’une richesse inouïe.

Matériel : Papier, crayon et imagination

Durée : 40 minutes d’écriture

Nombre : individuel

Démarche : Le texte de Jean Sioui est écrit sur deux niveaux : avec humour, et, en contrepoint, avec un réalisme déroutant. On a ici la démonstration de la puissance des mots, de la langue, et de l’étendue des possibilités d’écriture dans un seul texte.

  1. Trouver une situation où quelque chose est fait dans l’intention d’apporter une amélioration, mais entraîne des conséquences négatives.
  2. Raconter cette situation du point de vue de l’une des entités affectées.

    Il pourrait par exemple s’agir du point de vue d’un champ de légumes qui voit son avenir détruit par l’arrivée d’un engrais qui va augmenter son rendement, mais pollue l’environnement. Ou encore, un jouet ancien observant un jouet moderne, et se demandant si le plastique est vraiment préférable au bois.

    Le thème des effets de l’expansion immobilière réalisée au détriment de la forêt est un autre sujet possible. Les problématiques ne manquent pas.
  3. Intégrer deux niveaux au texte : l’histoire racontée avec humour, et les effets pervers de ce changement apporté pour le bien de quelqu’un ou quelque chose.

Activité : Les déboires de Monsieur de Champlain

Objectif : Explorer la forme de la chanson de geste

Mise en contexte : La chanson de geste est un long poème versifié. Le mot « geste » vient du latin gesta qui veut dire « action d’éclat accomplie ». Ici, nous allons utiliser les ratés de Champlain racontés par Jean Sioui avec humour en lieu et place des actions d’éclat. Dans l’idéal, on pourrait écrire tout cela en alexandrins, mais on se contentera de rimes pour cette fois.

Matériel : Papier et crayon

Durée : 30 minutes d’écriture, plus 20 minutes de lecture à haute voix

Nombre : par groupes de 2

Démarche :

  1. Faire une liste des mésaventures de Champlain décrites par Jean Sioui.
  2. Les organiser en strophes de 4 à 6 vers – composer au moins 4 strophes, s’il vous plaît.
  3. Travailler les rimes, trouver des synonymes, enrichir le texte.
  4. Compter les pieds, on ne sait jamais : pour un alexandrin il en faut très exactement 12.
  5. Lire les déboires de Champlain à haute voix en y mettant de l’intonation, de l’intention.

Nations autochtones

Activité : Récit du mythe de la création du peuple huron-wendat

Objectif : Recycler un texte existant

Mise en contexte : Jean Sioui vous donne l’essentiel du récit de la création selon les Wendat. Il contient dans les grandes lignes tout ce qui est important à connaître.

Matériel : Papier, crayon, dictionnaire et public

Durée : 30 minutes d’écriture, 20 minutes de lecture à haute voix

Nombre : individuel

Démarche : 

  1. Choisir à qui vous allez narrer ce conte : un public d’enfants, d’adolescents, de personnes âgées, d’apprenants du français langue seconde?
  2. Reprendre les grandes lignes de la section du récit de Jean Sioui figurant aux pages 229 et 230, et l’aménager pour que cette histoire soit adaptée à votre public.
  3. Lire votre récit de la création à voix haute.