SUR LES TRACES DE CHAMPLAIN

Chapitre 12

Les cheveux de la Gougou et autres curiosités répertoriées dans la caisse mystérieuse expédiée à Paris au bon Vespasien Robin, botaniste du roi, par le sieur de Champlain en 1637, par-delà sa mort

Biographie

Bertrand Laverdure

Poète, romancier et journaliste littéraire, Bertrand Laverdure s’intéresse à la multidisciplinarité en littérature. En poésie, il a notamment publié Sept et demi (Le Quartanier, 2007), Rires (Le Noroît, 2004) et Rapport de stage en milieu humain (Triptyque, 2014). Ses romans incluent : Lectodôme (Le Quartanier, 2008), Bureau universel des copyrights (La Peuplade, 2011) et La Chambre Neptune (La Peuplade, 2016). Les rouages de la vie littéraire contemporaine et l’atomisation ordinaire de nos identités dans le contexte des réseaux sociaux ou du futur de l’humanité l’inspirent constamment. Il a récemment publié un essai-récit de science-fiction, Comment enseigner la mort à un robot? chez Mémoire d’encrier. En 2015, il a été nommé Poète de la Cité (de Montréal) pour un mandat de deux ans.

Résumé du chapitre

Printemps 1637, deux années se sont écoulées depuis la mort de Champlain. Vespasien Robin, botaniste du roi de son état, reçoit une boîte aussi volumineuse que mystérieuse des mains d’un émissaire de feu monsieur de Champlain, de même qu’une missive post mortem des plus étranges. Avec l’aide de son domestique, Robin commence l’exploration de ladite boîte avec beaucoup de curiosité et de précautions. Qui sait ce que son contenu pourrait révéler? Toutes sortes d’histoires et de légendes entourent les objets et plantes qui viennent de Nouvelle-France, et il est toujours difficile de distinguer le vrai du faux. Il sort d’abord de la boîte une immense peau d’ours tannée dont le cuir est devenu très souple et les poils soyeux, le témoin d’une étonnante rencontre au fin fond d’une forêt en Nouvelle-France, sans aucun doute. Il y voit un bien beau tapis qui trouvera sa place sur le sol d’une des nombreuses pièces du château. Ensuite vient une série de crânes, de plantes rares, de magnifiques spécimens tous plus étonnants les uns que les autres, et qui n’existent pas en France, tous bien enveloppés dans une large feuille de papier pour en assurer la protection. Vient ensuite la dépouille d’un monstre marin qui vivait tapi au plus profond des eaux du lac Champlain, à ce qu’on dit. Et pour finir, le botaniste incrédule trouve – autre symbole des croyances autochtones – une poignée de « cheveux » de la célèbre et funeste Gougou qui sévissait aux alentours de Tadoussac.

Donner sa langue au chat

Attention : dans cette activité, plusieurs réponses peuvent être valides…

1. Fourbir se dit d’un objet qu’on…

  • Peaufine
  • Frotte
  • Brique
  • Nettoie
  • Astique

2. De quoi tire-t-on l’étoupe?

  • Du lin
  • Du chanvre
  • De filasse
  • De poil d’ours

3. L’adjectif « tellurique » vient du mot…

  • Terre
  • Séisme
  • Mer
  • Ciel

4. Qu’est-ce qu’un malandrin?

  • Un voleur de grand chemin
  • Un pirate
  • Un coupe-jarret
  • Un crocheteur

5. « Talle » vient du latin thallus qui veut dire « jeune pousse avec des racines au pied d’un arbre ». Parmi les mots suivants, lequel n’appartient pas à la famille de « talle »?

  • Thalle
  • Détaler
  • Taller
  • Tallage

6. Qu’est-ce que le Chaousarou?

  • Un monstre
  • Un poisson
  • Un gougou
  • Un piège

7. Le mot « thomisme » qualifie la doctrine philosophique et théologique développée par…

  • Thomas Edison
  • Thomas Browne
  • Thomas Hardy
  • Thomas D’Aquin
  • Thomas Jefferson

8. « Amphigourique » est un adjectif s’appliquant à un discours qui est :

  • Fumeux
  • Limpide
  • Nébuleux
  • Flou
  • Clair

9. Dans ce chapitre, le mot « chimère » fait référence à un :

  • Monstre fabuleux de la mythologie grecque
  • Assemblage monstrueux
  • Projet illusoire ou irréalisable
  • Poisson à grosse tête qui vit au fond des mers
  • Organisme portant des caractères génétiques issus de deux génotypes différents

10. Que veut dire l’adjectif « lancéolé »?

  • Qui a la forme d’une pointe de lance
  • Caractérisé par une lancette
  • Dont la forme extérieure est plus ou moins sphérique

11. « Ziggourat » est un mot akkadien, langue afro-asiatique du groupe sémitique (comme le babylonien), et qui veut dire :

  • Sanctuaire mésopotamien
  • Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire
  • Ville de Mésopotamie
  • Un édifice babylonien

Réponse :

1. Peaufine; Frotte; Brique; Nettoie; Astique 2. Du lin; Du chanvre; 3. Terre 4. Un voleur de grand chemin; Un pirate; Un coupe-jarret; Un crocheteur; 5. Détaler 6. Un monstre; Un poisson 7. Thomas D’Aquin 8. Fumeux; Nébuleux; Flou 9. Projet illusoire ou irréalisable 10. Qui a la forme d’une pointe de lance 11. Temple formé d’étages en retrait l’un sur l’autre et surmonté d’un sanctuaire

Jongler avec les mots

Titre : Le jardin des plantes
Source : Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jardin_des_plantes.jpg

Activité : Le polar

Objectif : Explorer un genre littéraire

Matériel : Papier et crayon

Durée : 120 minutes d’écriture, plus une séance de partage des histoires

Nombre : individuel

Démarche : Créer un récit empruntant la forme du roman policier.

Voici les éléments de base de votre récit, obéissant aux canons du roman policier :

  • Le crime ou le délit: on a volé la boîte à trésor de Vespasien Robin.
  • Le coupable: à vous de choisir.
  • La victime: Vespasien Robin (vous trouverez facilement en ligne de l’information au sujet de ce personnage réel)
  • L’enquêteur: Gaston peut-être, à moins qu’il ne soit coupable (voir le chapitre 20, de Daniel Marchildon)!
  • Un lieu: Jardins du roi (pour en savoir plus sur ces jardins, consulter le site officiel ici: http://www.jardindesplantes.net/fr/propos-jardin-plantes/presentation)
  • Un point de vue, qui peut être unique ou multiple (ce qui est intéressant pour le lecteur!)

Vous pouvez aussi vous associer à deux de vos compagnons d’écriture, et chacun développera son point de vue à partir d’une trame sur laquelle vous vous serez entendus: il ne vous restera plus qu’à conjuguer les trois voix.

Une narration à trois points de vue permettrait au lecteur de :

  1. Voir ce qui se passe dans la tête du voleur, ses motivations, etc.
  2. Comprendre pourquoi ce vol est dramatique pour Vespasien.
  3. Comprendre la démarche de l’enquêteur, les détours de son enquête, les méprises et les succès, un peu comme dans une série télévisée.

    Vous voilà donc sur le chemin de la production d’un best-seller dans la catégorie polar.

Quelques conseils supplémentaires :

Il est bon de se renseigner sur l’époque, les coutumes et le milieu dans lequel le délit se produit. Une bonne recherche documentaire est à la base d’un bon polar.

Veiller à sélectionner une série d’objets qui vont vous servir pour l’enquête, et surtout à replacer l’intrigue dans une époque précise.

Utiliser les dialogues pour faire avancer l’histoire, mais attention à ne pas les faire trop longs, car tout est une question de dosage.

Décrire les plantes, les arbres du jardin; les nommer en latin en prenant appui sur les espèces dont parle Bertrand Laverdure, mais aussi les espèces qui se trouvaient dans le jardin de Vespasien au 17e siècle.

Activité : Le polar 2

Objectif : Écrire une lettre qui fait progresser l’histoire, c’est différent du dialogue

Matériel : Papier et crayon

Durée : 60 minutes d’écriture, plus 20 minutes d’échange avec la classe


Nombre :
 individuel


Démarche :
 Lire très attentivement ce qui suit avant de vous lancer dans l’écriture.

  1. Écrire une courte lettre d’un personnage A à un personnage B (de la victime à l’enquêteur de tout à l’heure, ou alors du coupable à la victime – ce qui voudrait dire qu’ils se connaissent!).
  2. Écrire la scène ou B reçoit ce message.
  3. Écrire un texte dont B (qui a reçu la lettre) est le narrateur (au « je »). Ce texte est le commentaire que B se fait à lui-même en lisant la lettre de A.  Dans votre texte, insérer la lettre envoyée et les commentaires. Ensuite un troisième personnage peut intervenir et apporter son éclairage (mais là, c’est une tout autre histoire!).

Envie d’aller plus loin? Pourquoi ne pas mélanger les textes des activités « Le polar » et « Le polar 2 »?

Jouer avec le texte

Activité : Les synonymes

Objectif : Élargir son vocabulaire

Mise en contexte : Un synonyme est un mot ou une expression de sens équivalent à un autre mot ou à une autre expression. L’utilisation de synonymes est un excellent moyen d’enrichir le vocabulaire d’un texte.

Matériel : Dictionnaire

Durée : 20 minutes 

Nombre : Individuel

Démarche : Voici un extrait tiré du livre Sur les traces de Champlain. Directement à l’ordinateur, remplacer les mots dans la boîte par leur synonyme.

Cuisine à la page

La poule au pot

Ingrédients

  • 1 poule d’environ 1 kg
  • 7 carottes moyennes
  • 1 citron
  • 400 gr de collier de porc
  • 5 navets
  • 2 c. à soupe de farine
  • 200 gr de maigre de porc
  • 5 poireaux moyens
  • 1 kg de tomates fraîches
  • 100 gr de maigre de veau
  • 10 gousses d’ail
  • Un os de bœuf
  • 2 tranches de jambon de Bayonne sec
  • 1 pied de céleri
  • 500 gr de riz non traité
  • 3 œufs frais
  • 7 clous de girofle
  • 1 bouquet de persil
  • 1 gros chou pommé
  • 200 gr de pain rassis
  • Sel et poivre
  • Sel et poivre
  • 60 gr de beurre

Préparation

La farce

  • Découenner le collier de porc.
  • Hacher la viande, 1 oignon, 3 gousses d’ail et les abats si possible.
  • Hacher la mie de pain, ajouter 1 œuf entier, sel, poivre. Mélanger soigneusement.

La poule

  • Farcir la volaille, la coudre, la ficeler. Réserver de la farce pour les choux farcis.
  • Mettre de l’eau froide dans une grande marmite, y mettre la poule avec un os de bœuf.
  • Porter à ébullition, écumer régulièrement, saler après ébullition.
  • Ajouter carottes, navets, oignons, clous de girofle et gousses d’ail. Laisser cuire à ébullition lente.
  • Mettre le céleri et les poireaux après une heure d’ébullition.
  • Préparer le chou farci : pour chaque convive, 4 feuilles de chou et une ½ poignée de farce.
  • Dès que la poule est cuite, la sortir et la garder au chaud dans une cocotte.
  • Préparer une sauce tomate et oignons blondis au beurre et à l’ail. Assaisonner.
  • Le riz est parfait en accompagnement de ce plat que vous devez servir très chaud.

Histoire et géographie

La poule au pot du bon roi Henri IV

L’histoire de la poule au pot tiendrait en quelques mots, qui furent la conclusion d’une conversation entre le bon roi Henri IV et le duc de Savoie, qui désirait connaître ce que la France rapportait comme revenu au roi. Celui-ci aurait répondu : « Elle me vaut ce que je veux ». Le duc ne comprenant pas cette réponse demanda des éclaircissements. Henri IV aurait répondu ceci : « Oui, ce que je veux, parce qu’ayant le cœur de mon peuple j’en aurai ce que je voudrai, et si Dieu me donne encore de la vie je ferai qu’il n’y aura point de laboureur en mon Royaume qui n’ait moyen d’avoir une poule dans son pot. » La France, à ce moment-là, sortait tout juste d’une quarantaine d’années de guerres de religion et le roi entendait bien restaurer la richesse des campagnes ruinées par l’effort de guerre.

On doit au duc de Sully cette phrase célèbre qui représente bien la pensée d’Henri IV et l’importance de l’agriculture à ses yeux : Labourages et pâturages sont les deux mamelles de la France.

Activité : Débat historique

Objectif : S’exercer à l’art oratoire, argumenter, convaincre

Matériel : Papier et crayon

Durée : 30 minutes de préparation, 15 minutes de débat, 15 minutes d’échange

Nombre : groupe de 4

Démarche : 

  1. À votre avis, la poule au pot était-elle vraiment un plat que toutes les familles de France pouvaient accommoder à l’époque? Compiler vos raisons sous forme de notes sur une feuille de papier. Préparer des arguments pour et des arguments contre.
  2. Organiser le débat dans chaque groupe :


    2 élèves argumentent que oui, 2 élèves argumentent que non.
  3. Échanger avec le reste de la classe.

    On peut alors reprendre le débat en divisant la classe en 2 équipes défendant respectivement chacune des positions.

Nations autochtones

À venir...